Accueil / La SLRB / Nos missions / Politiques sociales / Actions sociales / Trois grands axes d'action
Accueil / La SLRB / Nos missions / Politiques sociales / Actions sociales / Trois grands axes d'action

Trois grands axes d'action

Le travail social individuel, communautaire et collectif.

    1. Le travail social individuel réalisé dans les SISP au travers du service social, qui est composé d'assistants sociaux engagés par les SISP et de travailleurs sociaux détachés de l'asbl créée en 2001, le Service d'Accompagnement Social aux Locataires Sociaux (SASLS). Elles proposent des permanences, parfois décentralisées, des entretiens psychosociaux, des visites à domicile, des recherches en matière de droits sociaux. Il s'agit d'un travail de généraliste, d'analyse globale de la situation et, au besoin, de réorientation, en ayant en toile de fond le cadre légal qui régit le secteur du logement social bruxellois.

    2. Le travail social communautaire est plus récent, il relève davantage de la pratique des 21 Projets de Cohésion Sociale (PCS) implantés sur des sites de logement social dans 12 SISP. La particularité des PCS est de créer un partenariat entre une société de logement social et une asbl d'insertion sociale. U ne Convention de 5 ans est conclu avec, au point de vue régional, la SLRB, et au point de vue local, une ASBL, une des SISP, parfois la Commune.
    Les PCS proposent des rencontres entre locataires et entre locataires et SISP, par exemples autour de permanences-cafés et d'activités récurrentes ou ponctuelles, à visée intergénérationnelle et interculturelle. La démarche se veut participative et d'éducation à la citoyenneté.

    3. Le travail social collectif consiste en des initiatives prises par les SISP. Elles visent à proposer aux locataires des activités culturelles, conviviales ou qui ont pour objet de rendre collective une problématique rencontrée au travers du travail social individuel (conflits de voisinage, économies d'énergie, tri sélectif, etc.).
    Il s'agit d'un travail social qui fait donc échos à des problématiques individuelles et /ou collectives dont la SISP est le détecteur au fil des contacts avec les locataires.

    La réponse consiste à prendre l’initiative de regrouper des personnes qui ont en commun une ou des thématiques et de trouver avec elles des solutions concrètes, si possible durables dans le temps.

       

      Le travail social, qu'il relève de la méthodologie individuelle, collective ou communautaire, implique un nécessaire travail de partenariat et de réseau qui vise à étoffer les réponses aux problématiques amenées par les locataires et leur entourage ainsi que par les candidats locataires, et, au besoin, à réorienter, selon les situations, les personnes vers des services spécialisés.

       

      Actions sur le document